- 2018 -

Parlons Education #2 Les retenues, vous y croyez vous ?

Alors que le sujet est revenu sur le devant de la scène en 2018, il semblerait que le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer ait décidé de réformer le système des heures de retenue. En somme, c’est une très bonne nouvelle. Je n’ai jamais cru aux heures de colles lorsque j’étais lycéen et j’y crois encore moins en travaillant pour le ministère. 

Pour avoir surveillé durant une année chaque mercredi les retenues, je peux dire que cette méthode est inefficace si elle est mal employé. N’ayant que peu de marge de manoeuvre durant le début de ma première année, j’ai assisté impuissant à l’arrivée des mêmes élèves chaque semaine dans mes retenues. A la rentrée des vacances de la Toussaint en novembre 2017, j’ai donc pris la décision de transformer mes heures de retenue en retenue sociale, c’est-à-dire que la retenue s’adapte à chaque élève. En soi, leur présence au sein de l’établissement un mercredi après-midi est déjà une sanction donc autant améliorer leur temps passé au lycée. A travers les différents profils des élèves, j’ai su mettre en place divers travaux à faire pour que les élèves puissent progresser. Dans un premier temps, le but premier était d’apprendre à les connaître en les faisant réfléchir sur eux-même. Dans un deuxième temps, au vu de leur niveau de français, j’ai mis en place divers ateliers de révision du français (en allant des exercices du Bled jusqu’à de la conjugaison pure et simple). Dans un troisième temps, au fur et à mesure que leur comportement se nourrissait de leur confiance, j’ai expérimenté les séances de dialogues, axées principalement sur leur orientation et leur scolarité. Les élèves étaient invité à participer à une discussion ouverte sur leur peurs et leurs réussite. Tout était basé sur la confiance réciproque qui s’était établit au fil des séances. Même si les élèves étaient toujours les mêmes, la retenue se diversifiait afin que ce temps de travail ne soit pas du temps perdu. J’accueille également des élèves souhaitant venir travailler dans le calme à condition qu’ils soient sérieux et respectueux.

Jusqu’à aujourd’hui je n’ai jamais eu de problèmes, c’est pourquoi j’ai maintenu ce modèle de retenue sociale pour cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre à Jøkø

Si le mode opératoire laisse à désirer, le message, mon message, lui est vrai. Pendant trop longtemps, je me suis tué à cacher cette vérité.

J’avais toujours toujours de bonnes excuses.

Parlons Education #3 : Etre AED, Travailler avec son coeur !

Pour beaucoup être pion se résume seulement à surveiller les élèves à la cantine ou durant la récréation mais c’est faux. Être assistant d’éducation n’est pas toujours un boulot facile.